Prise de poids et fatigue : et si c’était la maladie d’Hashimoto ?

Boîte de réception
x

Docteur Willem <drwillem@lettre-medecin-sante.com> Se désabonner

8 janv. (Il y a 1 jour)
 
À moi


Pour vous inscrire, rendez-vous ici.
Pour vous désinscrire : cliquez-ici

Prise de poids et fatigue : et si c’était la maladie d’Hashimoto ? 

Chère amie, cher ami, 

Ces derniers temps, on a beaucoup parlé d’un médicament censé soigner les problèmes de thyroïde : le Levothyrox

Je vous invite à lire la lettre que j’ai écrite sur la thyroïde, où j’explique le fonctionnement de cette glande et je donne des solutions naturelles. 

Si je vous écris aujourd’hui, c’est pour vous parler d’une autre « maladie de la thyroïde » : la thyroïdite de Hashimoto. 

Les symptômes majeurs de cette maladie sont une prise de poids inexpliquée et une grande fatigue, là encore, sans raison. 

La thyroïde augmente de volume, avec présence d'un goitre indolore. 

Le fonctionnement de la thyroïde peut rester normal. Toutefois, le médecin découvre souvent une patiente en état d'hypothyroïdie. 

Très rarement, la maladie peut se révéler par des signes d'hyperthyroïdie : diarrhée, intolérance à la chaleur et nervosité. Cependant, l'hyperthyroïdie n'est que passagère et l'évolution se fait très souvent vers l'hypothyroïdie. 

La maladie de Hashimoto est une maladie auto-immune. Cela veut dire que le système immunitaire se trompe, et considère ses propres tissus comme des corps étrangers. 

Suite à cette erreur d'interprétation, il fabrique des anticorps pour attaquer ses propres tissus et tenter de les détruire. 

C’est ce qui se passe lorsque survient la thyroïdite de Hashimoto. 

Pourquoi la maladie se déclenche

Mais quelles sont les causes de cette maladie ? 

Il y a 80 ans, la cause principale était la carence en iode pour les personnes qui vivaient loin de la mer. 

Mais aujourd’hui, la principale des causes est… le stress qui déstabilise le système immunitaire ! 

Également, on peut citer : 

  • les problèmes hormonaux qui surviennent lors de la grossesse ou ménopause ; 

  • l’envahissement des polluants (métaux lourds, nanoparticules, remèdes chimiques, perturbateurs endocriniens…) ; 

  • l’engorgement du foie par une alimentation « chimique » et trop riche, par trop d’alcool et par trop de médicaments. Ce foie malade ne peut plus transformer la T4, en T3 active ; 

  • les troubles congénitaux (de naissance) ; 

  • Les atteintes à l’hypophyse ou l’hypothalamus. 

Il est impossible pour un endocrinologue de faire le tour de la question en une demi-heure, ce qui explique la répétition des consultations et bien souvent l’incapacité de la traiter. 

La médecine officielle, elle, est inopérante dans ce cas. 

C’est pourquoi beaucoup de personnes touchées se tournent vers les médecines complémentaires. 

On dispose par exemple d'huiles essentielles remarquables pour rétablir l'équilibre immunitaire : HE de Ciste et de Laurier noble. La présence de phytostérols, d'huiles essentielles spécifiques et autres cofacteurs réduisent l'hyperactivité immunitaire. 

Voilà quelques traitements naturels contre la maladie de Hashimoto

Homéopathie

  • Iodum 5 CH, 5 granules/jour 

  • Thyroïdea 5 CH, 5 granules/jour 

  • Graphites 5CH (myxœdème, obésité, règles abondantes), 5 granules/jour 

Gemmothérapie

  • Le matin 50 gouttes+ eau Betula pubescens Bg Mac Glyc 1 D, un flacon 125 ml 

  • Le midi 50 gouttes + eau Prunus amygdalus Bg Mac Glyc 1D, un flacon 125 ml 

  • Le soir 50 gouttes +eau Ficus carica Bg Mac Glyc, 1 D, un flacon 125ml 

Huiles essentielles

  • HE girofle (clou): 25mg 

  • HE Myrte Vert: 25mg 

  • HE ciste lanodifère: 25 mg 

  • Excipient QSP 1 gélule : 60 gélules à 2 gélules par jour 

Le rôle essentiel de l’alimentation !

Voici les nutriments à apporter pour soigner votre thyroïde. 

  • Iode : sel iodé, produits de la mer, fruits de mer, poissons, algues (laminaire, varech, spiruline) Levure de bière (vitamine B6) ; 

  • L’ail, le foie, les œufs, le thon, les huîtres, le riz complet, le pain complet, les graines de citrouille (riches en zinc, tyrosine et sélénium) ; 

  • Zinc : fruits de mer, bœuf, foie (bœuf, veau, porc), pain complet ; 

  • Sélénium : besoins estimés entre 50 et 200 mg. On en trouve dans les protéines végétales, les céréales complètes (riz complet), les poivrons rouges, l’ail, l’oignon, les champignons, les raisins secs, les pois cassés, les lentilles, les légumes secs. 

À EVITER : Le brocoli, le chou, le soja, les épinards, les radis, le navet, le manioc, le millet, l’arachide, qui diminuent la fixation de l’iode dans l’organisme.

Il existe aussi des compléments alimentaires efficaces comme le ThyregulImmuno-regul, mais aussi l’Orthoflore, pour relancer la flore intestinale… 

Mes dernières recommandations de médecin :  

  • Ne pas se précipiter sur les extraits thyroïdiens de synthèse ; 

  • Gérer au mieux le stress ; 

  • Avoir une activité physique qui oblige la glande à produire plus d’hormones. 

Portez-vous bien ! 

Dr Jean-Pierre Willem 






Cette lettre vous a plu ? Partagez la ! 

N'hésitez pas à transférer cette lettre à un ami ou à un proche. Vous pouvez aussi la partager sur :  

Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur Google +



Vous n'êtes pas abonné ? Inscrivez-vous !
 

Pour vous abonner gratuitement à La Lettre du Dr Willem, merci de vous rendre sur cette page.




Vous avez un commentaire ? Réagissez !