Docteur Rueff <dominique.rueff@sante-nature-innovation.fr> Se désabonner

13:03 (Il y a 2 heures)
 
À moi
La Lettre du Docteur Rueff

 

Chère lectrice, cher lecteur, 

Trois sujets sont à l'ordre du jour de la lettre d'aujourd'hui : 
  • Faut-il continuer à manger 5 fruits et légumes par jour ? 

  • Les conséquences d'un sommeil de mauvaise qualité. 

  • Un jeu vidéo pour lutter contre Alzheimer !  

Bonne lecture, 

Sébastien Duparc, éditeur de La Lettre du Docteur Rueff

Trois fruits et légumes par jour font-ils aussi bien que cinq ?

Contre toute attente, la réponse est oui ! 

C’est tout du moins l’une des conclusions d’une vaste étude dont les résultats ont été publiés dans la revue scientifique The Lancet [1] et qui ont également été dévoilées lors du congrès annuel de la société européenne de cardiologie qui s’est tenu jusqu’à samedi dernier à Barcelone. 

Le régime alimentaire de plus de 135 000 individus âgés entre 35 et 70 ans, et issus de 18 pays d’Amérique du nord et d’Europe, a été scruté sept ans durant au moyen de questionnaires réguliers. 

Le but était d’étudier la relation entre les macronutriments d’une part (c’est-à-dire l’essentiel de notre alimentation : les aliments qui fournissent les protéines, les lipides, les glucides, etc.), et les maladies/la mortalité cardiovasculaires d’autre part. 

Première conclusion de cette étude : la consommation de trois portions de fruits et légumes par jour permet de réduire de 22 % le risque de mortalité comparée à la consommation d’une seule.  

Cette conclusion n’étonnera personne, je pense.  

(la suite ci-dessous) 
Annonce spéciale de l'éditeur Santé Nature Innovation

ÉVITEZ 91 MALADIES MAJEURES, EN FAISANT CECI ! 

En supprimant certains aliments de votre alimentation, vous réduisez votre risque de développer : 

- des maladies auto-immunes (psoriasis, sclérose en plaques, polyarthrite, thyroïdite de Hashimoto)
- des allergies
- de l'asthme
- de l'arthrose
- des maux de tête
- une dépression
- des insomnies
- et, bien sûr, des troubles gastriques et intestinaux.
 
Pour savoir comment, cliquez ici
 

Suite de la lettre de ce jour 


Plus étonnante, en revanche, est l’autre « trouvaille » de cette étude, à savoir qu’une consommation supérieure à trois portions par jour n’entraîne aucun bienfait protecteur supplémentaire. Vous pouvez consommer quatre, cinq, six ou quinze portions de fruits et de légumes par jour : vous ne réduirez pas sensiblement votre risque de maladie/mortalité cardiovasculaire. 

Une précision à ce stade : notez que la protection était plus efficace, dixit l’étude, lorsque les fruits et légumes étaient consommés crus

Il s’agit à présent de relativiser ces conclusions. 

Premier élément : les « portions » mentionnées dans l’étude sont assez généreuses. 125 g de fruits et de légumes, ou 150 g de légumes seuls. Autrement dit, un kiwi ne constitue pas une portion à soi tout seul… 

Ceci ayant été dit, l’invitation est intéressante : il est probablement plus facile d’inclure des fruits et des légumes dans ses trois repas quotidiens, que de se mettre bille en tête et consommer absolument cinq fruits et légumes par jour

Bref, le slogan « mangez cinq fruits et légumes par jour » reste une indication pleine de bon sens, mais arbitraire et insuffisante

Il va sans dire que la qualité des aliments (de préférence bio et de saison) fait toute la différence, mais aussi que le plaisir doit tenir toute sa place ! 

Ce slogan est trop impératif, ressemble trop aux injonctions dont on nous rebat les oreilles à longueur de journée, et finit par être culpabilisant et contre-productif pour beaucoup. 

Les fruits et légumes, de préférence crus, sont bons pour la santé, ça n’est un secret pour personne : leur place dans notre régime ne saurait cependant être un devoir. Mieux vaut trois portions consommées avec plaisir que cinq par obligation ! 

Les nuits régulièrement agitées sont (très) cher payées

Nous savons qu’un manque de temps de sommeil est associé à une augmentation du risque de mort précoce et de démence. Mais la durée du sommeil n’est pas la seule dimension à prendre en compte : sa qualité est tout aussi primordiale. 

Une étude menée au Japon, et dont les conclusions ont été communiquées lors du congrès de la société européenne de cardiologie, établit un lien très net entre un sommeil très agité et une augmentation radicale du risque de souffrir de troubles cardiovasculaires[2]

Quelque 13 000 habitants d’Hiroshima se sont portés volontaires pour cette étude d’observation qui fait le lien entre l’augmentation de maladies coronariennes et d’infarctus et un sommeil de mauvaise qualité : tous les patients atteints d’une maladie coronarienne éprouvaient des difficultés à s’endormir et à rester endormis toute la nuit.  

Il faut entendre par « mauvaise qualité du sommeil » : 

  • La difficulté chronique à s’endormir : avoir besoin d’une demi-heure ou plus pour s’endormir chaque soir est associé à un risque majoré de 50 % de subir une attaque cardiaque. 

  • Un temps de sommeil insuffisant (moins de six heures) qui majore ce même risque de 24 %. 

  • Des réveils fréquents durant la nuit

  • Un sommeil trop long (plus de neuf heures). 

Il s’agit d’une étude statistique, c’est-à-dire que si le lien de cause à effet est établi, il n’est pas totalement élucidé. Globalement, la fragmentation et/ou l’insuffisance du sommeil conduit notamment à une plus grande fatigue du système nerveux, et perturbe des fonctions vitales : respiration, pouls, pression artérielle. 

Il existe toutes sortes de moyens naturels d’améliorer la qualité de son sommeil… à commencer par ne pas utiliser de somnifères ! Les tisanes, et globalement la phytothérapie, font partie des moyens les plus connus. 

Il y a quelques réflexes de base à adopter : 

  • Eviter les repas trop chargés le soir (la digestion demande de l’énergie et fatigue l’organisme) ; 

  • Fuir les écrans lumineux LED le soir : leur exposition retarde la sécrétion de mélatonine (l’hormone du sommeil) ; 

  • Se ménager des moments de méditation et de pause. 

Si vous éprouvez des difficultés à vous endormir, pensez à : 

  • Optimiser vos apports en magnésium ; 

  • Vous supplémenter en mélatonine. 

Un jeu vidéo pour lutter contre Alzheimer ! 

Terminons cette lettre sur une note ludique. Vidéoludique, même. 

Des développeurs allemands ont lancé le 29 août dernier un jeu vidéo conçu pour repérer des symptômes d’Alzheimer.  

Intitulé « Sea Hero Quest », ce jeu met l’utilisateur dans la situation d’un marin à la barre de son bateau. 

Les différentes étapes de jeu mobilisent les parties du cerveau affectées par la maladie d’Alzheimer, à commencer par celles de la mémoire et du sens de l’orientation. 

Outre cette fonction de dépistage, ce jeu en réalité virtuelle permet aussi tout simplement à l’utilisateur à risque de garder son cerveau actif, et donc de contribuer à ralentir un Alzheimer. 

Ce jeu est gratuit et disponible ici : http://www.seaheroquest.com/fr 

A très bientôt ! 

Rodolphe Bacquet 

Docteur Rueff <dominique.rueff@sante-nature-innovation.fr> Se désabonner

13:03 (Il y a 2 heures)
 
À moi
La Lettre du Docteur Rueff

 

Chère lectrice, cher lecteur, 

Trois sujets sont à l'ordre du jour de la lettre d'aujourd'hui : 
  • Faut-il continuer à manger 5 fruits et légumes par jour ? 

  • Les conséquences d'un sommeil de mauvaise qualité. 

  • Un jeu vidéo pour lutter contre Alzheimer !  

Bonne lecture, 

Sébastien Duparc, éditeur de La Lettre du Docteur Rueff

Trois fruits et légumes par jour font-ils aussi bien que cinq ?

Contre toute attente, la réponse est oui ! 

C’est tout du moins l’une des conclusions d’une vaste étude dont les résultats ont été publiés dans la revue scientifique The Lancet [1] et qui ont également été dévoilées lors du congrès annuel de la société européenne de cardiologie qui s’est tenu jusqu’à samedi dernier à Barcelone. 

Le régime alimentaire de plus de 135 000 individus âgés entre 35 et 70 ans, et issus de 18 pays d’Amérique du nord et d’Europe, a été scruté sept ans durant au moyen de questionnaires réguliers. 

Le but était d’étudier la relation entre les macronutriments d’une part (c’est-à-dire l’essentiel de notre alimentation : les aliments qui fournissent les protéines, les lipides, les glucides, etc.), et les maladies/la mortalité cardiovasculaires d’autre part. 

Première conclusion de cette étude : la consommation de trois portions de fruits et légumes par jour permet de réduire de 22 % le risque de mortalité comparée à la consommation d’une seule.  

Cette conclusion n’étonnera personne, je pense.  

(la suite ci-dessous) 
Annonce spéciale de l'éditeur Santé Nature Innovation

ÉVITEZ 91 MALADIES MAJEURES, EN FAISANT CECI ! 

En supprimant certains aliments de votre alimentation, vous réduisez votre risque de développer : 

- des maladies auto-immunes (psoriasis, sclérose en plaques, polyarthrite, thyroïdite de Hashimoto)
- des allergies
- de l'asthme
- de l'arthrose
- des maux de tête
- une dépression
- des insomnies
- et, bien sûr, des troubles gastriques et intestinaux.
 
Pour savoir comment, cliquez ici
 

Suite de la lettre de ce jour 


Plus étonnante, en revanche, est l’autre « trouvaille » de cette étude, à savoir qu’une consommation supérieure à trois portions par jour n’entraîne aucun bienfait protecteur supplémentaire. Vous pouvez consommer quatre, cinq, six ou quinze portions de fruits et de légumes par jour : vous ne réduirez pas sensiblement votre risque de maladie/mortalité cardiovasculaire. 

Une précision à ce stade : notez que la protection était plus efficace, dixit l’étude, lorsque les fruits et légumes étaient consommés crus

Il s’agit à présent de relativiser ces conclusions. 

Premier élément : les « portions » mentionnées dans l’étude sont assez généreuses. 125 g de fruits et de légumes, ou 150 g de légumes seuls. Autrement dit, un kiwi ne constitue pas une portion à soi tout seul… 

Ceci ayant été dit, l’invitation est intéressante : il est probablement plus facile d’inclure des fruits et des légumes dans ses trois repas quotidiens, que de se mettre bille en tête et consommer absolument cinq fruits et légumes par jour

Bref, le slogan « mangez cinq fruits et légumes par jour » reste une indication pleine de bon sens, mais arbitraire et insuffisante

Il va sans dire que la qualité des aliments (de préférence bio et de saison) fait toute la différence, mais aussi que le plaisir doit tenir toute sa place ! 

Ce slogan est trop impératif, ressemble trop aux injonctions dont on nous rebat les oreilles à longueur de journée, et finit par être culpabilisant et contre-productif pour beaucoup. 

Les fruits et légumes, de préférence crus, sont bons pour la santé, ça n’est un secret pour personne : leur place dans notre régime ne saurait cependant être un devoir. Mieux vaut trois portions consommées avec plaisir que cinq par obligation ! 

Les nuits régulièrement agitées sont (très) cher payées

Nous savons qu’un manque de temps de sommeil est associé à une augmentation du risque de mort précoce et de démence. Mais la durée du sommeil n’est pas la seule dimension à prendre en compte : sa qualité est tout aussi primordiale. 

Une étude menée au Japon, et dont les conclusions ont été communiquées lors du congrès de la société européenne de cardiologie, établit un lien très net entre un sommeil très agité et une augmentation radicale du risque de souffrir de troubles cardiovasculaires[2]

Quelque 13 000 habitants d’Hiroshima se sont portés volontaires pour cette étude d’observation qui fait le lien entre l’augmentation de maladies coronariennes et d’infarctus et un sommeil de mauvaise qualité : tous les patients atteints d’une maladie coronarienne éprouvaient des difficultés à s’endormir et à rester endormis toute la nuit.  

Il faut entendre par « mauvaise qualité du sommeil » : 

  • La difficulté chronique à s’endormir : avoir besoin d’une demi-heure ou plus pour s’endormir chaque soir est associé à un risque majoré de 50 % de subir une attaque cardiaque. 

  • Un temps de sommeil insuffisant (moins de six heures) qui majore ce même risque de 24 %. 

  • Des réveils fréquents durant la nuit

  • Un sommeil trop long (plus de neuf heures). 

Il s’agit d’une étude statistique, c’est-à-dire que si le lien de cause à effet est établi, il n’est pas totalement élucidé. Globalement, la fragmentation et/ou l’insuffisance du sommeil conduit notamment à une plus grande fatigue du système nerveux, et perturbe des fonctions vitales : respiration, pouls, pression artérielle. 

Il existe toutes sortes de moyens naturels d’améliorer la qualité de son sommeil… à commencer par ne pas utiliser de somnifères ! Les tisanes, et globalement la phytothérapie, font partie des moyens les plus connus. 

Il y a quelques réflexes de base à adopter : 

  • Eviter les repas trop chargés le soir (la digestion demande de l’énergie et fatigue l’organisme) ; 

  • Fuir les écrans lumineux LED le soir : leur exposition retarde la sécrétion de mélatonine (l’hormone du sommeil) ; 

  • Se ménager des moments de méditation et de pause. 

Si vous éprouvez des difficultés à vous endormir, pensez à : 

  • Optimiser vos apports en magnésium ; 

  • Vous supplémenter en mélatonine. 

Un jeu vidéo pour lutter contre Alzheimer ! 

Terminons cette lettre sur une note ludique. Vidéoludique, même. 

Des développeurs allemands ont lancé le 29 août dernier un jeu vidéo conçu pour repérer des symptômes d’Alzheimer.  

Intitulé « Sea Hero Quest », ce jeu met l’utilisateur dans la situation d’un marin à la barre de son bateau. 

Les différentes étapes de jeu mobilisent les parties du cerveau affectées par la maladie d’Alzheimer, à commencer par celles de la mémoire et du sens de l’orientation. 

Outre cette fonction de dépistage, ce jeu en réalité virtuelle permet aussi tout simplement à l’utilisateur à risque de garder son cerveau actif, et donc de contribuer à ralentir un Alzheimer. 

Ce jeu est gratuit et disponible ici : http://www.seaheroquest.com/fr 

A très bientôt ! 

Rodolphe Bacquet